Service des eaux

La Commune de Reverolle est son propre distributeur d'eau.

Le réseau de distribution d’eau de la commune dessert le village, le quartier du Moulin, le complexe intercommunal de Chaniaz et la déchetterie/STEP.

Le réseau est alimenté par la source de Sembrette, située sur la commune de Yens, produisant un débit moyen de 150 l/min. La source alimente le réservoir des Bougeries, situé sur la commune d’Apples, d’une capacité de 200 m3 (dont 80 m3 de réserve incendie). Les habitants peuvent être également desservis par deux liaisons avec le réseau de la Commune d’Apples (alimentation de secours et incendie).

L'eau de Reverolle ne subit aucun traitement.

L'eau de Reverolle a une dureté de 20,7°F* (douce : moins de 15, moyenne : de 15 à 25, assez dure : 25 à 32, dure : de 32 à 42, très dure : plus de 42).

Sa teneur en nitrates est de 3,6 mg/l* (valeur maximale admise : 40 mg/l, objectif qualité : 25 mg/l). La très faible teneur en nitrates s'explique par la situation de la source en milieu forestier, à l'abri des épandages agricoles (engrais artificiels ou naturels).

La qualité hygiénique de l'eau (micro-organismes) est contrôlée une fois par année par les services cantonaux (OFCO à Epalinges) et deux fois par année en autocontrôle (une fois au printemps et une fois en automne). Les résultats du dernier contrôle en avril 2019 étaient conformes à la législation en vigueur. La composition chimique de l'eau (nitrates, dureté, etc.) est contrôlée une fois par année par les services cantonaux (voir résultats ci-dessus).

En juillet 2017, une analyse portant sur 65 polluants chimiques (pesticides, herbicides, résidus de médicament, etc.) a été réalisée par l'OFCO (ex. SCAV). L'eau de Reverolle ne contient pratiquement aucun de ces polluants ou certains en quantités infimes, bien en-dessous des normes pourtant sévères. Comme pour les nitrates, cela vient de la situation de la source loin des activités humaines.

Chlorothalonil

Un effet nocif pour la santé ne peut être exclu pour les métabolites des produits phytosanitaires contenant du chlorothalonil. Mais la preuve de ce danger ne peut être apportée de manière définitive. Il est par conséquent important de prévenir une contamination de l’eau potable (source : Page "Chlorothalonil" de l'OSAV sur le site de l'Administration fédérale).
 
L'eau de Reverolle a été analysée quant au chlorothalonil le 30.09.19 et le 11.05.20. Le chlorothalonil n'a pas été décelé (<5 ng/l, norme : max 100 ng/l).
 

pdfRèglement sur la distribution de l'eau

pdfAnnexe du règlement sur la distribution de l'eau

symbole-wwwSite de l'État de Vaud sur l'eau potable

*Chiffre avril 2019